Les comptes rendus de conseil municipal font débat à Guyancourt!

Conseil municipal du 11 décembre 2018

Cette semaine nous avions un Conseil municipal, avec un ordre du jour très classique d’une grosse dizaine de délibérations.

Et pourtant ……

N’y a-t-il pas le Débat d’Orientation Budgétaire qui devrait être programmé ? Ce grand débat qui précède le vote du Budget. Les dates sont pourtant déjà fixées dans les tablettes mais non portées à la connaissance des élus d’opposition. Ce n’est pas vraiment transparent !

Même s’il est exact que ces point financiers peuvent être abordés en tout début d’année, même si la date butoir d’adoption d’un budget est fixée à la fin mars de l’année concernée, pourquoi est-ce si long à Guyancourt alors que de nombreuses villes, certaines proches, ont déjà eu leur débat budgétaire et certaines voteront leur budget 2019 avant la fin de ce mois de décembre ?

Mais quelle ne fut pas notre surprise, dès le début de cette séance, où comme à l’accoutumée Madame le Maire demande à l’assemblée de valider le compte-rendu du précédent conseil, d’entendre Olivier Pareja, Conseiller municipal de la majorité, demander que la restitution du Procès-Verbal soit rédigée plus fidèlement aux propos tenus. Cette demande fait suite à plusieurs requètes de sa part, exprimées lors des précédents conseils.

Il souhaite que les échanges, questions-réponses qui ont lieu à l’occasion de chaque délibération soient incluses dans ces comptes rendus. Cela rendrait la lecture plus intéressante pour les Guyancourtois qui pourraient mieux comprendre les prises de positions des différents groupes au sein du conseil municipal.

S’il est vrai que la loi ne l’impose pas, de nombreuses villes le font.

Olivier Pareja propose de transmettre ses notes sur les compléments qu’il souhaite voir figurer sur le procès-verbal, il les énumère alors un à un pour chacune des délibérations concernées.

Visiblement Madame le Maire semble gênée. Elle ne semble pas apprécier cette demande et la réponse est sans appel : «  Cela ne se passe pas comme ça à Guyancourt, ce que demande M. Pareja est très compliqué ! ».

Venant à sa rescousse, Gilles Breton prend la parole pour dire : « je ne voterai pas tes modifications Olivier, car ce ne sont que tes notes », suivi, entre autre, de François Deligné, qui explique doctement que ce n’est absolument pas possible car ça rend le compte-rendu illisible.

Mais, les Guyancourtois seraient-ils incapables de lire des comptes rendus complets !?

Olivier Pareja continue courageusement d’égrener ses notes telles qu’il souhaiterait les voir figurer dans le compte-rendu.

Résultat du vote sur la validation du compte-rendu, dans sa forme initiale :

  • Pour : 27
  • Contre : 5 (O. Pareja, A. Cavelan, JL. Carriat, L. Trochu, P. Chancelier)

Nous avons eu, pendant ce conseil du 11 décembre, une nouvelle démonstration du manque de transparence de cette majorité municipale.

🛑 Cela nous rappelle les tribunes du Guyancourt Magazine que nous devons diffuser plusieurs semaines avant la parution du magazine, pourquoi ? Elles sont limitées à 800 caractères !!!! Pas facile de développer un argumentaire, dans ce cadre.

🛑 Cela nous rappelle notre demande de pouvoir publier une version plus longue, plus élaborée, sur le site internet de la ville, dans la rubrique « Mairie ».

🛑 Cela nous rappelle nos demandes d’éclaircissements sur de nombreux sujets, la dernière demande en date, concernant les projets sur les terrains de la Minière, pour 4,2 M€.

Bref, à Guyancourt, la majorité « GPT – Guyancourt pour Tous », c’est l’entre soi permanent.
Il nous semble cependant que cet entre soi se réduit. Car Olivier Pareja a été élu, en 2014, comme membre de cette majorité…..

L’entre soi deviendrait-il l’entre nous et là aujourd’hui, à la fin de l’année 2018, la situation est différente.

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 533

Des composteurs pour tous… Enfin ?

UpG a lu avec plaisir un article de « SQY Mag »: Si vous passiez au compostage ? Voici un an nous écrivions: Pour amender la terre, il faut s’organiser avec la Mairie et, si besoin, l’agglomération, compétente pour valoriser les déchets. Nous calculions qu’avec son soutien et peu d’investissement, on pouvait envisager des composteurs collectifs.

Aujourd’hui, SQY propose aux Saint-Quentinois un composteur à faible coût, assorti d’un suivi personnalisé. Des composteurs de quartiers gérés par une structure référente, comme les comités d’animations des quartiers de Guyancourt, sont possibles. Voilà comment réaliser une action concrète du Plan Climat en valorisant nos déchets et créer du lien social.  

 

Voter, c’est toujours important !

Nous serons appelés à voter en 2019 pour les élections européennes. Nous reviendrons sur l’importance de ce scrutin, mais pour voter, il faut être inscrit sur les listes électorales ! Les modalités d’inscription sur ces dernières vont changer, selon la loi d’Août 2016 qui sera appliquée en 2019.
Mais, rassurez-vous, plusieurs possibilités vont s’offrir à vous.

Ainsi, jusqu’au 31 décembre 2018, la révision des listes électorales se fait selon la méthode habituelle. Les commissions administratives nommées par les préfets sur proposition des maires procèdent à leur révision depuis le mois de septembre 2018 et ce jusqu’au 9 janvier 2019 : radiations, nouvelles inscriptions… Les jeunes ayant atteint leur majorité à compter du 1er mars 2018 sont inscrits d’office par l’INSEE dans le nouveau répertoire électoral unique (REU) qu’il va désormais gérer. C’est une première nouveauté, sans grand impact pour le grand public mais cela signifie que le registre sera maintenant géré au niveau national.

Mais revenons à Guyancourt ! Si vous venez d’y arriver et que vous n’avez pas encore effectué votre changement de résidence, si vous avez acquis la nationalité française cette année … ou tout simplement si vous voulez vérifier que vous êtes bien inscrit sur les listes électorales de la commune, il est encore possible de vous rendre à la mairie pour vous renseigner. Vous serez en même temps informé sur ces nouvelles modalités d’inscriptions sur les listes électorales qui vont dans le sens d’une meilleure fiabilité des listes des électeurs transmises aux mairies et donc des élections.

A partir de janvier prochain, si s’inscrire en mairie reste possible, une inscription en ligne sera disponible en ayant préalablement numérisé :

  • Un justificatif de domicile (moins de 3 mois) : facture d’eau, d’électricité, de gaz, de téléphone ou avis d’imposition, quittance de loyer, titre de propriété. Pour les personnes en maison de retraite, une attestation du directeur sur laquelle figure l’adresse de l’établissement.
  • Une pièce d’identité récente (recto/verso) prouvant votre nationalité : carte d’identité, passeport

Muni de ces 2 documents, vous allez sur le site dont vous avez la page ci-dessous, vous sélectionnez Guyancourt,
Liste électorale 1
puis vous accédez au service avec le bouton
Liste électorale 2
qui vous demande de vous connecter avec votre nom d’utilisateur et mot de passe existant comme celui que vous utilisez pour la déclaration d’impôts. Si vous préférez, vous pourrez aussi créer un compte.
L’écran suivant s’affichera et vous n’aurez plus qu’à renseigner vos informations et charger les 2 documents justifiant de votre nationalité française et de votre domicile.
Liste electorale 3
Vous pouvez retrouver toutes ces informations sur le portail service-public.fr, ici.

IMPORTANT ! Notez bien que les 2 prochaines échéances électorales, Européennes et Municipales, sont ouvertes aux citoyens européens.
Il faut savoir qu’à partir de début 2020, avec ces nouvelles procédures et, surtout, le Registre Ėlectoral Unique (REU), les listes électorales seront « ouvertes » jusqu’à quelques semaines avant le scrutin.

La commémoration du 11 novembre 1918 et la permanence du travail de mémoire

11_Novembre (Source : mairie)

UpG était présent lors de cette commémoration qui a rassemblé un public nombreux dont des jeunes des écoles et collèges de Guyancourt qui avaient travaillé sur ce thème avec leurs enseignants: merci à eux pour cet investissement.

Il y a quelques jours, nous commémorions le centenaire de l’armistice du 11 Novembre 1918 qui mettait fin à quatre ans de guerre, une folie meurtrière que beaucoup de jeunes, et c’est important, ont rappelée, tout en soulignant combien la lutte pour la paix était vitale.
Les hommes qui revenaient du front en 1918 étaient convaincus que cette guerre serait la « Der des ders » et vingt ans après, l’Europe et le monde se déchiraient de nouveau.

Des contemporains de ces années 1920-30 ont proposé aux gouvernants des solutions capables de sauver la paix sur notre continent. Richard Coudenhove-Kalerghi (1894-1972), effrayé par la montée des nationalismes qui risquaient de déboucher sur une nouvelle guerre fratricide tentait de démontrer que les Européens n’auraient d’autre choix que de s’unir pour éviter un nouveau drame. Il souhaitait déjà une organisation regroupant tous les états d’Europe volontaires autour de quelques principes communs dont l’acceptation d’arbitrages pour éviter les conflits et la suppression des barrières douanières, ceci sans aliéner sa souveraineté. C’était les « Etats Unis d’Europe » … Peine perdue ! Ni lui, ni la Société des Nations (SDN) n’arrêteront la montée des nationalismes et la Seconde guerre mondiale.

Il faudra un second conflit mondial tout aussi horrible, si ce n’est plus, que le premier, pour que les canons se taisent sur notre continent. Les appels après 1918 à une paix durable ont donc été infructueux. Les gouvernements sont restés enfermés dans leurs conceptions nationalistes et souverainistes.
Ce n’est qu’en acceptant l’idée d’une véritable construction européenne, cinq ans après la fin de la seconde guerre, grâce à des hommes comme Robert Schuman et Jean Monnet, mais aussi à la réconciliation Franco-Allemande, que notre continent européen a ouvert la période de paix qu’il connaît maintenant depuis plus de 70 ans. Pour les jeunes générations, en particulier celles nées à partir des années 90, nous devons transmettre le constat que cette paix restera toujours fragile.

Rien n’est jamais acquis et nous sommes tous collectivement responsables.

Célébrer la fin des combats du 11 novembre 1918, c’est aussi se demander pourquoi la « Der des Ders » ne fut qu’un beau slogan vite oublié : il manquait la volonté de construire un nouveau modèle d’états « unis dans la diversité » acceptant de travailler ensemble pour bâtir de nouvelles relations capables de garantir la paix.

Transmettons cette mémoire pour ne jamais oublier le chemin accompli et conforter la paix pour l’avenir.

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 532

Faire vivre la démocratie

A partir de l’an prochain, nous entrons, à nouveau dans un cycle électoral qui débute par les élections européennes, le 26/05/2019.

Voter est un droit fondamental de la vie démocratique, pour lequel nos aïeux se sont battus. C’est l’expression de notre liberté.

En mai prochain, il s’agira de l’Europe. Au-delà de nos opinions, souvenons-nous que c’est d’abord plus de 70 ans de paix. Il est utile de le rappeler en cette année de commémoration du centenaire de la fin de la « Grande guerre » qui ne fut pas la « Der des Ders ».

Mais, pour exercer ce droit fondamental, il faut s’inscrire sur les listes électorales. Vous pouvez le faire en mairie.

Des explications sur les nouvelles modalités sont décrites sur ici.

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 531

Chacun est responsable !

Le Conseil communautaire du 20/09 a validé le Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET2019-2024). A l’agglomération et aux communes de bâtir leurs actions pour adapter leur territoire aux changements climatiques. Chacune est garante des engagements de ce plan, mais elles peuvent faire davantage ! Les décisions pratiques d’application leur reviennent selon leurs compétences : éclairage public, circuits courts pour les cantines scolaires, …

Il est urgent de sortir d’une écologie politique et punitive qui a montré ses limites. Parlons moins et passons à une écologie du quotidien, de la responsabilité de chacun. Les communes doivent mobiliser les habitants appelés à faire vivre la plateforme participative.

Pour en savoir plus, cliquez ici

SQY se dote d’un outil intercommunal : « Le Plan Climat Energie ».

A nous d’agir, maintenant!

Le conseil communautaire du 20 septembre a validé le Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) à partir duquel, et ce jusqu’en 2024, l’agglomération et les communes bâtiront leurs actions pour adapter leur territoire aux changements climatiques. Chaque commune est garante des engagements de ce plan, ce qui ne l’empêche pas d’aller plus que les actions listées. C’est à elle que reviennent les décisions pratiques d’application (éclairage public, circuits courts pour les cantines des écoles…) mais aussi la capacité à nous mobiliser au quotidien, nous les habitants.

Les extrêmes climatiques auxquels nous assistons doivent nous impulser, nous faire agir, nous faire passer des objectifs écrits du PCAET aux actes, nous faire comprendre que chacun doit prendre sa part dans le sauvetage de notre planète, nous faire sortir d’une écologie politique et punitive qui a démontré ses limites pour aller vers une écologie participative, celle du quotidien, donc souvent à petits pas mais qui passe des paroles aux actes, initiée et soutenue par les communes.

Toutes les informations sur le Plan Climat Air Energie Territorial de Saint-Quentin en Yvelines sont disponibles ici.

 

 

 

 

 

trois élus et une équipe au service des Guyancourtois