Inauguration Jardins Familiaux – 23/09/2017

IMG_2141Sous un beau soleil, Unis pour Guyancourt était présent ce samedi 23 Septembre à l’inauguration des 31 parcelles supplémentaires aménagées aux « jardins familiaux« .

Nous étions d’autant plus heureux de participer à cette inauguration que nous avions mis  » à l’honneur » les jardins familiaux dans notre tribune 516 du 29 Juin 2017 en mettant en évidence  » l’intérêt d’agir, de devenir acteurs de ses choix« , ce que nous avons pu vérifier car les parcelles sont en effet très diverses puisque répondant au choix de chacun !

Par contre, nous n’avons pas vu (ou pas pu voir?) de composteur(s) communs(s), mais seulement des installations individuelles. C’est l’occasion de rappeler ce que nous disons, déjà, dans notre tribune 499 de janvier 2016 : « des Guyancourtois nous ont fait part de leur souhait d’installer un composteur chez eux, d’autres étudient la façon d’en gérer un, partagé, pour leur résidence. Tous s’étonnent du peu d’informations obtenues et que leur projet n’ait pas suscité davantage d’encouragement de la mairie ».

Quelques chiffres sur les Jardins Familiaux (source, mairie de Guyancourt)

16 000 m2
91 parcelles, équipées chacune d’un coffre et d’un point d’eau
De 75 à 125 € par an selon la superficie

Bonne continuation aux nouveaux et anciens jardiniers !

Publicités

Un été en pétard!

En ce début septembre, l’événement majeur est la rentrée des classes. Les élus du groupe Unis pour Guyancourt et l’association de soutien, souhaitent à tous, petits et grands, une très bonne rentrée, pleine de promesses et de réussites futures.


Cette rentrée arrivant, les habitants de plusieurs quartiers de Guyancourt vont peut-être souffler !

Chaque année, le « bal des mini motos » a exaspéré les habitants » : bruit, et surtout danger pour les adeptes des rodéos et pour les riverains. Chaque année, pétitions, appel aux élus, … rien n’y fait! Ces nuisances se reproduisent tous les étés et tendent à s’aggraver ; cette année, des voitures ont même été brûlées dans la nuit du 14 Juillet et des riverains ont été victimes de caillassage.

Quelles solutions trouver ? Demander l’aide de la préfecture comme l’a fait Mme le maire, avec article de presse à l’appui, pour rendre la démarche plus « ronflante ». Cela a-t-il suffi ? Pour quels effets ?

Utiliser le système de vidéo-protection ? Pour quels résultats ? Si son efficacité peut être démontrée, sans être la panacée, encore faut-il que notre commune en dispose en quantité suffisante. Guyancourt est équipée de 16 caméras alors que les villes voisines en ont 60 : il est urgent de donner des outils modernes à notre police municipale.

Certes, avec la fin de l’été, la plupart de ces « nuisances estivales » s’arrêteront. Mais, l’année prochaine, sans avoir traité le problème dans toute sa globalité, les mêmes causes produiront les mêmes effets !

Pour nous, il s’agit, dans un premier temps, de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de tous, c’est-à-dire, appliquer et faire respecter la loi, ceci pour les conséquences immédiates des « rodéos ». En particulier, la loi donne au maire plusieurs outils dont celui du « Rappel à l’ordre ». Nous ne remettons pas en cause la demande de soutien de la préfecture, mais Mme le maire de Guyancourt utilise-t-elle cette possibilité ? Notons que ce « Rappel à l’ordre » n’est pas un outil strictement répressif. Mis en œuvre dès les premières infractions ou incivilités, en particulier vis-à-vis de mineurs, il peut permettre d’échanger avec les contrevenants et leur faire prendre conscience de la portée de leurs actes.

Mais, dès la rentrée, c’est à dire de suite, il est impératif d’élargir la réflexion avec tous les acteurs concernés, habitants des quartiers les plus touchés : jeunes et parents, élus, gardiens d’immeubles, agents de sécurité, police municipale, pour diagnostiquer puis combattre les causes, en particulier le désœuvrement des jeunes, un fait qui frappe les riverains des quartiers concernés. Comment éviter ses effets dévastateurs pour tous, alors que nous côtoyons certainement ces mêmes jeunes, à d’autres moments de l’année, sans rencontrer ces problèmes ? Quelles solutions mettre en œuvre, en y pensant dès maintenant ?

Si des mesures à court terme sont nécessaires, sur le long terme, ayons la volonté d’une réflexion constructive, voire prospective. C’est la question dans son ensemble qu’il faut prendre « à bras le corps », une bonne fois pour toutes, pour ne pas retrouver une situation identique ou, empirée, en Juillet 2018.

Articles en références:

Guyancourt. Voitures incendiées dans la nuit du 13 au 14 juillet

Rodéos de mini-motos : la maire écrit au Préfet

Tribune publiée dans le Guyancourt Magazine N°517

Eté en pétard!

L’été est terminé, mais il fut agité : « Rodéos » de mini motos, voitures incendiées au 14 juillet et même des caillassages.

Réactions lues dans la presse : c’est Insupportable.., dangereux… Mme le Maire va faire appel à la préfecture… Résultats?

Quand, par dogme, la vidéo-protection se limite à 16 caméras quand nos voisins en ont 60 ! Il est urgent de donner des outils modernes à notre police municipale, car ces nuisances sont annuelles.

Faire respecter la loi, partout, pour la sécurité de tous, une priorité à Guyancourt!

L’impunité doit cesser, mais la prévention est cruciale. Stop aux mesures à court terme, ayons dès la rentrée, la volonté d’une réflexion constructive et courageuse, pour un prochain été calme.

Tribune publiée dans le Guyancourt Magazine N°516

Jardin familial
Ce mois-ci, mettons les « jardins familiaux » à l’honneur. A la différence des « jardins partagés », ceux-ci sont mis à la disposition des familles adhérentes. Les « jardiniers » ont la jouissance de leur récolte. Ces deux types de jardins sont également des lieux de vie, d’échange et de partage. L’objectif n’est pas forcément la quantité récoltée mais plutôt l’intérêt d’agir, de devenir acteurs de ses choix. Notre commune peut valoriser les deux qui peuvent très bien coexister.

Les parents demandent de plus en plus souvent l’introduction d’aliments locaux dans les cantines scolaires : N’y a-t- il pas des pistes à explorer avec ces structures?

Unis pour Guyancourt souhaite à tous une très bonne période estivale.

Un Jardin partagé pour apprendre la citoyenneté dans le respect de la nature…. Une bonne idée, non???

Une conférence était organisée à la fin du mois d’Avril par l’association « Séme qui peut » qui gère un jardin partagé au sein du campus universitaire de Guyancourt, sur le site de l’Observatoire de Versailles Saint-Quentin. Cette association invite tous les usagers de l’Université de Versailles Saint Quentin et tous les habitants, pas uniquement des Guyancourtois, à les rejoindre.

Au-delà de l’aspect aménagement et jardinage sur un jardin conçu, construit et cultivé collectivement, l’objectif d’un jardin partagé est aussi de permettre aux habitants de se rencontrer dans un lieu de vie convivial, ouvert à tous et à toutes les générations qui échangent leurs expériences.

Pour que le jardin « partagé » le soit réellement, cela implique d’accepter la diversité et la concertation entre tous ceux qui font partie de ce type de jardin pour tout projet entre habitants, associations, élus. C’est aussi un lieu d’apprentissage de la citoyenneté pour les plus jeunes.

La tribune du mois prochain portera sur un autre type de jardins qui existent aussi sur notre commune, ce qui complétera notre réflexion sur ces lieux de rencontres originaux et simples et qui sont donc à mieux connaître et développer. Pourquoi ne pas profiter de l’aménagement du mail des Saules pour y créer ce type de jardin ?

Et déjà, pourquoi ne pas profiter de l’aménagement du mail des Saules pour y créer ce type de jardin ?

Tribune publiée dans le Guyancourt Magazine N°515

Jardin partagé

L’association « Sème qui peut » gère un jardin partagé au sein du campus universitaire de Guyancourt, sur le site de l’Observatoire de Versailles Saint-Quentin. Elle invite tous les usagers de l’UVSQ et tous les habitants à les rejoindre.

Outre jardiner, c’est aussi se rencontrer de façon conviviale sur un lieu construit et cultivé collectivement, ouvert à tous et à toutes les générations qui échangent leurs expériences. Un jardin  « partagé »  implique donc d’accepter la diversité et la concertation pour tout projet entre habitants, associations, élus. C’est aussi un lieu d’apprentissage de la citoyenneté pour les plus jeunes.

Pourquoi ne pas profiter de l’aménagement du mail des Saules pour y créer ce type de jardin ?

Tribune publiée dans le Guyancourt Magazine N°514

Guyancourt vit (toujours) au-dessus de ses moyens

« Un budget 2017 sans augmentation d’impôts« , titre le Guyancourt Magazine 513.
Vos élus UpG ont voté contre ce budget, sauf celui des associations.

Bien sûr, si nous nous réjouissons du maintien des taux d’imposition, augmentés l’an dernier, ce budget est inquiétant à long terme car il n’est bouclé que grâce à la vente prévue de terrains pour 6 M€, la première opération de l’année étant une cession, pour 2,6 M€, du square des Crayons.

Sans ces ventes, recette ponctuelle, comment boucler le budget ?

Nous maintenons nos propos écrits dans une tribune précédente : « Guyancourt vit au-dessus de ses moyens ». Nous étions inquiets, mais les budgets se succédant, nous le sommes encore plus!

trois élus et une équipe au service des Guyancourtois