Tribune publiée dans le Guyancourt Magazine N°513

Guyancourt vit au-dessus de ses moyens

La municipalité continue à se plaindre de la baisse des dotations de  la Communauté d’Agglomération, du Département et de la Région, tout en cachant l’augmentation des taxes qu’elle a elle-même votée en 2016. Le rapport d’orientation budgétaire exposé en conseil municipal présente une augmentation des dépenses de fonctionnement alors que des économies s’imposent.

Il faut trouver 3,5 M€ pour équilibrer ce budget !

A cela, s’ajoute une dette importante, qui risque d’augmenter si la municipalité réalise tous les projets prévus avant 2020.

L’équipe municipale devra-telle encore augmenter les taxes foncières et d’habitations pour équilibrer le budget, comme en 2016 ?

Notre inquiétude est grande !

Droit de réponse suite à la délibération du CM du 21.02.2017

Droit de réponse suite à la délibération relative à : « Signature de l’acte authentique d’échange foncier entre la commune de Guyancourt et la société Eiffage Aménagement »

Mesdames, Messieurs,

Lors du dernier conseil municipal, le groupe Unis pour Guyancourt a exprimé les raisons de son vote (au final 2 voix contre et 1 abstention), concernant la délibération permettant de lancer effectivement cette l’opération immobilière « Oxygène » sur l’ex square des Crayons.

Ce vote reste en cohérence avec notre vote initial, en avril 2016, lors de la promesse de signature synallagmatique où nous avions alors exprimé notre désaccord pour 2 raisons principales :

  • L’affectation de 50% de l’opération en accession maitrisée, pourcentage qui nous semble trop important, spécifiquement dans ce quartier du Pont du Routoir,
  • Le manque à gagner, pour le budget communal, induit par cette affectation qui conduit à la réduction de 40% du prix de vente au m2, de ce terrain, pour les surfaces concernées.

S’en sont suivis des échanges pour le moins musclés, péremptoires, où les contre-vérités succédèrent aux arguments parfois méprisants.

Nous tenons, par cette déclaration à réaffirmer :

  1. que jamais, le groupe Unis pour Guyancourt n’a été opposé à la construction de logements dits « sociaux », à la location comme en accession à la propriété,
  2. que, dans notre esprit, cette caractéristique ne saurait être discriminatoire des familles qui y sont logées,
  3. que s’il existe un besoin réel en Ile de France comme dans de nombreuses régions, il convient aussi de diversifier l’offre et peut-être de se préoccuper des taux d’occupation de ces logements. Par ailleurs les bénéficiaires, en particulier ceux dont la situation financière ayant suffisamment évoluée, ne devraient-ils pas les libérer ?

En revanche, nous plaidons pour un réel équilibre, sur l’ensemble de la ville et plus particulièrement sur ce quartier du Pont du Routoir qui en est déjà largement équipé via les logements « Versailles Habitat ».

Enfin, nous tenons particulièrement à rappeler à certains conseillers ou adjoints qui affirmaient que la commune n’avait aucun droit de regard, 2 articles du règlement de sélection des candidats acquéreurs (règlement disponible sur le site internet d’Eiffage) :

4.2.1 Phase d’information

« …… La Commune, après les phases de communication et d’information, pourra également communiquer les informations sur le programme et sa commercialisation par courrier ou tout autre moyen à sa discrétion auprès des candidats qui auraient manifesté leur intérêt, et auprès des bailleurs sociaux, en vue d’une communication à leurs locataires. »

4.2.3 Phase de commercialisation

Si cette phase est sous la responsabilité du promoteur, qui fera l’analyse des dossiers de candidature, « Cette analyse produira, selon le nombre de dossiers réceptionnés, une liste de candidats qui sera présentée à la Commune,…… ».

« Au terme du premier mois de commercialisation et tous les mois jusqu’à son terme, il communiquera à la Commune un bilan de l’état de la commercialisation et remplira à cet effet un tableau de bord ».

Nous constatons donc que cette vente se fait avec la grande bienveillance de la municipalité, à moins que ce ne soit sous sa haute surveillance …..

Comme vous vous êtes vantés de permettre à des résidents déjà Guyancourtois de pouvoir, au travers de ce programme, accéder à la propriété, nous réitérons notre question : pouvez-vous nous fournir la liste des familles louant leur logement sur Guyancourt qui ont acquis leur bien dans ce programme ?

Tribune publiée dans le Guyancourt Magazine N°512

Consommateurs oubliés !

La majorité municipale a, dans le Guyancourt Magazine n° 511, une définition du terme « Commerce de Proximité » très large et éloignée de la définition habituelle : « Commerce de détail, points de vente de petite taille, indépendants le plus souvent et situés près du lieu de travail ou du domicile des clients. »

Dans cet article du Guyancourt Magazine, l’avis des usagers est absent et seule une minorité de commerces mentionnés correspond à ce concept. Beaucoup des commerces mentionnés ne sont, ni près, ni proches des usagers, ce qui implique un accès motorisé, lequel ne va pas non plus avec une politique de Ville Durable.

Les commerçants de Guyancourt sont, certes, engagés et professionnels. S’ils étaient plus nombreux, et plus diversifiés, les Guyancourtois entendraient davantage: « Bonjour, comment allez-vous? », une des phrases de la vie quotidienne, signe concret d’une proximité à la fois relationnelle et géographique.

Déclaration d’Unis pour Guyancourt sur le Rapport d’Orientations Budgétaires 2017

Conseil municipal du 21 février 2017

Madame le Maire, Mesdames et Messieurs les Adjoints et conseillers municipaux

Nous souhaitons, en premier lieu, remercier les services municipaux qui vous ont aidés à préparer ces éléments de ce rapport d’orientations budgétaires sans surprise, sur lequel nous ne portons pas la même analyse.

Notre première remarque porte sur le transparent (page 6) relatif à la dette de la France par rapport au PIB, dont nous réjouissons que vous preniez conscience, enfin, de l’importance de cet indicateur. Sur la forme, nous notons que tous les premiers ministres sont cités sauf ceux de la mandature actuelle, serait-ce un oubli ou une volonté d’oublier cette période de votre part?

Profitons de cet instant pour compléter la vision de cette période par 2 ou 3 éléments : 550 000 chômeurs supplémentaires, dette cumulée dépassant les 2000 milliards d’€, une croissance qui oscille de 0 à 1,2% alors que les autres éléments du contexte étaient favorables : Euro fort, taux d’emprunts historiquement bas ou négatifs ainsi qu’un prix du pétrole bas, ce qui était le contraire pendant la période précédente.
Tous nos voisins européens en ont profité, pas nous !!

Mais revenons au sujet qui nous occupe ce soir : les orientations budgétaires de Guyancourt.

S’agissant des dotations de la communauté d’agglomération (page 9), les chiffres montrent une baisse du montant de 130 000€, soit 1,7% du montant total fixé en 2015, avant les baisses de l’état. Quant à l’argument, régulièrement utilisé depuis plusieurs mois, Guyancourt donne plus qu’elle ne reçoit au travers de la CET(CFE+CVAT) Contribution Economique Territoriale, perçue pour partie par la Communauté d’Agglomération. Cela s’appelle la péréquation. Ce n’est pas nouveau, et il est étrange, pour une majorité de gauche, de décliner le mot solidarité de cette façon. Vous semblez donc beaucoup plus aimer recevoir des dotations que contribuer à l’accroissement de la richesse de notre territoire Saint-Quentinois en étant SOLIDAIRE des villes ne disposant pas d’autant d’entreprises que Guyancourt.

Le Groupe Unis pour Guyancourt est fier que les entreprises Guyancourtoises progressent et participent à l’enrichissement au-delà même de notre commune, même si nos choix politiques ne valident pas l’augmentation de la Taxe Foncière que vous avez appliquée lors du budget 2016.

S’agissant de la fiscalité directe (page 17), nous avons la preuve que la commune de Guyancourt en augmentant ses taux de fiscalité s’enrichit de 2,1M€ : 1M€ grâce à la TFBâti entreprises, 0,7M€ grâce à la TFBâti habitant et 0,4M€ grâce à la taxe d’habitation. Nous renouvelons ce que nous avons écrit dans la tribune du Guyancourt Magazine sur ce sujet, l’équipe municipale est à l’origine d’un tiers de la hausse du montant de la taxe foncière, et de celle du montant de la taxe d’habitation. Les Guyancourtois apprécieront la décision de l’équipe municipale qui a communiqué uniquement sur le taux de la part départementale de la TFBâti pour cacher l’impact de cette augmentation.
D’autres solutions existaient. Aucune commune limitrophe n’a pratiqué cette augmentation.

Nous évaluons une dette à 8,5M€ fin 2016 (page 19), ce qui nous paraît élevé d’autant que si nous regardons le programme des investissements à venir (page 33) cela nécessitera obligatoirement d’autres emprunts.

Dans la situation des effectifs de la commune (page 22) qui nous est présentée et qui date de fin 2015, nous constatons toujours une hausse. Alors même que la population DGF baisse cela paraît paradoxal de continuer à recruter. Ce phénomène est le contraire des économies de personnel que font la quasi-totalité des communes pour optimiser le budget de fonctionnement en cette période de baisse généralisée des dotations. Mais si Guyancourt augmente ses taxes, c’est peut-être pour financer ces personnels nouveaux.

Nous verrons au moment du budget comment l’équipe municipale équilibrera les dépenses de fonctionnement qui laissent apparaître un solde négatif de 3,5M€ (page 37). L’an passé, ce solde s’affichait à -3,9M€.
L’ajustement s’est traduit en 2016 par une augmentation de la taxe d’habitation de 5,8% et celle de la taxe foncière de 11,5%, qu’en sera-t-il cette année ?

En conclusion, nous considérons une fois de plus que l’équipe municipale fait vivre Guyancourt au-dessus de ses moyens.

Pour toutes ces raisons, même si nous ne validons pas le contenu de ces orientations budgétaires, nous prendrons acte conformément à la décision qui nous est proposée.

Merci de votre attention

Annick Cavelan, Jean-Loup Carriat, Philippe Chancelier
Unis pour Guyancourt

Tribune publiée dans le Guyancourt Magazine N°512

Consommateurs oubliés !

La majorité municipale a, dans le GM 511, une définition de « Commerce de Proximité » très large et éloignée de l’officielle : « Commerce de détail, points de vente de petite taille, indépendants le plus souvent et situés près du lieu de travail ou du domicile des clients. »

L’avis des usagers est absent et seule une minorité de commerces mentionnés y correspond. Ils ne sont, pour beaucoup, ni près, ni proches des usagers, ce qui implique un accès motorisé, qui ne va pas non plus avec une politique de Ville Durable.

Les commerçants de Guyancourt sont, certes, engagés et professionnels. S’ils étaient  plus nombreux, diversifiés, les Guyancourtois entendraient davantage:
« Bonjour, comment allez-vous? ».

Tribune publiée dans le Guyancourt Magazine N°511

1Projet de territoire, intercommunalité : quand la communication municipale se veut guerrière !

Pas un Guyancourt Magazine où la municipalité parle de « défense », seule contre tous : SQY, conseils départemental et régional, ou de solidarité déséquilibrée, la ville contribuant plus qu’elle ne reçoit. Un comble pour une mairie de gauche !

Pourtant, collaborer et argumenter de façon constructive valoriseraient plus sûrement notre ville dans l’ensemble plus large de SQY, du département et de la région.

On ne peut à la fois s’enorgueillir de réalisations devant beaucoup à tous ces acteurs et être vindicatif envers eux.

« Dépassons les clivages, des clivages eux-mêmes dépassés ». C’est notre vision d’une gouvernance saine pour Guyancourt.

trois élus et une équipe au service des Guyancourtois