Notre Déclaration au Conseil Municipal du 24 novembre 2015

La Sécurité dans notre ville

 

La sécurité dans notre ville est toujours et encore plus aujourd’hui une préoccupation de notre groupe « Unis pour Guyancourt ». Cette déclaration était prévue de longue date, il est donc inutile d’en déduire une quelconque récupération politique. Nous tenons d’ailleurs à exprimer notre plus vive émotion et nous associer à la douleur des familles et proches des victimes de ces attentats du 13 novembre dernier.

Hélas, ces tragiques événements nous confortent dans l’idée qu’il est temps de réfléchir et d’agir autrement, et vite, en ce qui concerne la sécurité y compris à Guyancourt. Même si une majorité des problèmes constatés sur notre commune ne sont que des faits moindres, bien loin des actions meurtrières de la semaine dernière, nous faisons le triste constat que les choses évoluent vite, trop vite et que notre vigilance doit s’exercer au quotidien et en permanence.

Nous vous avons sollicités, au printemps dernier, par écrit, afin d’avoir plus de visibilité sur VOTRE politique de tranquillité publique. Nous souhaitions connaitre les moyens mis à la disposition des policiers municipaux, tant en matériel, qu’en investissement qui permettraient d’assurer aux Guyancourtois encore plus de sécurité, de sérénité ; ce qu’ils sont en droit d’attendre sur le territoire où ils vivent.

Cette demande était liée à la recrudescence d’incivilités dont nous ont fait part, entre autres, les riverains du quartier de Villaroy il y a de nombreux mois, malgré les patrouilles des polices municipale et nationale. Ces faits nous ont d’ailleurs été confirmés récemment lors d’une opération de proximité menée par notre équipe.

La séance plénière du CLSPD, qui s’est tenue le 16 octobre dernier et à laquelle j’étais présente, a permis, dans un premier temps, de faire un point sur la ville en terme de prévention de sécurité et de délinquance et dans un deuxième temps, d’en asseoir la Stratégie Territoriale. C’est un bilan utile mais hélas incomplet, et même si les exactions sont en baisse, il y a encore fort à faire.

Dès le début de l’année prochaine, des groupes de travail seront mis en place. Cependant, et afin d’avoir le recul nécessaire pour permettre la compréhension de ce qui a été fait, pourriez-vous me transmettre les comptes rendus des séances plénières qui se sont tenues au cours des trois dernières années ?

Nous savons qu’au-delà de cette instance très formelle, chaque maire entretient des liens étroits avec l’autorité nationale du district. Ces réunions sont-elles vraiment de nature à faire avancer concrètement la lutte contre la délinquance dans notre ville et quelle est la fréquence de ces réunions en ce qui concerne notre territoire ?

Cette information nous permettrait de rassurer ceux qui nous interpellent régulièrement sur l’inertie dont fait preuve l’équipe municipale en place, à traiter leurs doléances et à faire peu de cas des nuisances qu’ils subissent au quotidien, surtout à l’arrivée des beaux jours.

Concrètement :

  1. pouvez-vous nous assurer que les caméras de vidéo protection sont correctement exploitées et qu’elles permettraient ou permettent, si cela a déjà été le cas, d’identifier les fauteurs de troubles par les forces de police ?

Dans notre souci d’être force de proposition, nous formulons le souhait :

  1. de réfléchir à la possibilité de mettre en place, de façon pérenne, des patrouilles plus tardives comme cela se fait dans d’autres communes, ou encore de créer une brigade cynophile, certainement plus dissuasive que la patrouille montée, afin de redonner ainsi un vrai sens à la police de proximité, des actions qui contribueraient à rassurer la population.
  2. pour des individus identifiés comme « délinquants », entendu qu’il s’agisse de petite délinquance, avez-vous déjà exercé votre droit de « rappel à l’ordre » ? C’est un exercice, si tel n’est pas le cas, qui peut porter ses fruits. Nombre de magistrats de la République s’y emploient ; sortent ainsi de l’anonymat des familles dépassées par les agissements de leurs enfants, nous œuvrerions alors à leur accompagnement.

 

Nous savons qu’un point spécifique à l’ordre du jour d’un prochain conseil sur ce sujet ne pourra être envisagé mais a minima, le débat budgétaire pourrait être l’occasion d’en étudier l’impact financier.

Annick Cavelan, Jean-Loup Carriat, Philippe Chancelier

Unis pour Guyancourt

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s