Conseil Municipal du 10/02/2016 : Déclaration sur la nouvelle « agglo » -SQY-

Au 1er janvier 2016, une nouvelle communauté d’agglomération est née : « Saint-Quentin en Yvelines – SQY ». Elle regroupe les 7 communes historiques et Coignières, les Clayes-sous-Bois, Maurepas, Plaisir, Villepreux, passant de 140.000 à 230.000 habitants. Elle constitue maintenant un bassin de vie homogène et, de loin, le premier pôle économique des Yvelines.

carteSQY_Une

Il était donc nécessaire de mettre en place le nouvel exécutif.

Cela ne s’est pas fait sans mal !! Jugez plutôt….

Le premier Conseil d’installation de « SQY », début janvier, a débuté par une manifestation théâtrale et bruyante des élus des communes de gauche refusant de siéger, au début tout au moins !

Notons ici que les élus de Guyancourt furent très actifs, encouragés en cela, quelques jours auparavant par Monsieur le Maire, lors de la cérémonie des vœux aux Guyancourtois.

Cependant les Saint-Quentinois ne furent guère présents à cette manifestation, ne comprenant probablement pas grand-chose à ces gesticulations politiciennes. Et ce n’était pas dû à l’exiguïté de la salle du conseil……

Rappelons-nous qu’ils avaient déjà pratiqué, alternativement :

  • la politique de la « chaise vide » aux derniers conseils de 2015, au motif que la nouvelle gouvernance ne leur donnait plus de majorité de blocage ou,
  • la politique du bruit, attisant des manifestations de salariés, ainsi que les habitants et le monde associatif, en début d’année lors du débat budgétaire,

tout cela dans le but de décrédibiliser une politique courageuse et responsable d’optimisation des coûts que la nouvelle majorité, élue au printemps 2014 met en place pour résorber le laisser-aller de la majorité précédente et pour tenir compte de la réduction des dotations de fonctionnement décidée par le gouvernement …… de gauche, d’ailleurs !

Comme « Unis pour Guyancourt » l’a déjà dit de nombreuses fois, la démocratie ne consiste pas à manifester bruyamment, voire à bloquer le fonctionnement des assemblées délibérantes mais à participer activement, chacun à sa place, à l’évolution de notre territoire, sa compétitivité, et ce, dans une démarche responsable, en particulier de restauration des équilibres budgétaires.

Nous aurions pu penser que c’en était terminé des gesticulations politiciennes.

Mais non ! A Guyancourt en tout cas, tous les présidents d’associations, dans un premier temps, puis tous les Guyancourtois, ont reçu un courrier dont l’argument principal est la non représentation de 73.000 habitants sous prétexte que les maires des communes de gauche n’ont plus de vice présidences. Le Guyancourt Magazine n°499 comporte aussi une page sur ce sujet.

Une nouvelle illustration du déséquilibre de la communication entre les groupes politiques composant le conseil municipal ; 800 caractères d’un coté, des pleines pages de l’autre….

A ce stade et concernant la gouvernance de SQY, les élus du groupe « Unis pour Guyancourt », souhaitent rétablir quelques vérités.

Lorsque les élus des villes de gauche se déclarent « exclus » de la gouvernance de l’agglomération, il s’agit de désinformation car toutes les communes sont représentées au sein du bureau et dans les commissions communautaires.

La majorité de SQY a changé aux élections municipales de 2014; la majorité de droite et du centre s’est vue renforcée : c’est un fait !

L’attribution des postes de vice présidents n’est pas un dû mais plutôt une reconnaissance de la volonté de collaborer, sur une ligne politique claire, dans l’intérêt de notre nouveau territoire.

Or, en criant fort, en encourageant diverses manifestations rappelées précédemment, les élus des communes de gauche ont démontré leur pratique partisane de la politique, en particulier sur la gestion des finances publiques : rien ne doit changer malgré les baisses des dotations et la dette abyssale de SQY (chiffres 2014 : dette cumulée de 393M€ à rapporter aux recettes de fonctionnement/an de 153M€)! Les poches des contribuables sont-elles si profondes ??

Quelle que soit la couleur politique du gouvernement, la maîtrise des dépenses publiques devra être assumée par des élus locaux responsables. C’est à ce prix que la pression fiscale n’augmentera pas, au-delà du raisonnable. Et ce n’est pas gagné, car le désengagement croissant de l’état n’augure rien de bon, en la matière.

Nous préférons donc conserver en mémoire les discours plus apaisés qui ont été prononcés, par le Président de Saint-Quentin-en-Yvelines, Michel Laugier, et par des représentants des communes de gauche, à leur retour en séance du Conseil Communautaire.

Nous souhaitons, pour conclure, formuler le voeu que SQY trouve son rythme de travail pour que notre territoire poursuive son développement au service de ses entreprises et de ses habitants afin d’être une « Terre d’Innovations ».

 

Annick Cavelan, Jean-Loup Carriat, Philippe Chancelier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s