Un été en pétard!

En ce début septembre, l’événement majeur est la rentrée des classes. Les élus du groupe Unis pour Guyancourt et l’association de soutien, souhaitent à tous, petits et grands, une très bonne rentrée, pleine de promesses et de réussites futures.


Cette rentrée arrivant, les habitants de plusieurs quartiers de Guyancourt vont peut-être souffler !

Chaque année, le « bal des mini motos » a exaspéré les habitants » : bruit, et surtout danger pour les adeptes des rodéos et pour les riverains. Chaque année, pétitions, appel aux élus, … rien n’y fait! Ces nuisances se reproduisent tous les étés et tendent à s’aggraver ; cette année, des voitures ont même été brûlées dans la nuit du 14 Juillet et des riverains ont été victimes de caillassage.

Quelles solutions trouver ? Demander l’aide de la préfecture comme l’a fait Mme le maire, avec article de presse à l’appui, pour rendre la démarche plus « ronflante ». Cela a-t-il suffi ? Pour quels effets ?

Utiliser le système de vidéo-protection ? Pour quels résultats ? Si son efficacité peut être démontrée, sans être la panacée, encore faut-il que notre commune en dispose en quantité suffisante. Guyancourt est équipée de 16 caméras alors que les villes voisines en ont 60 : il est urgent de donner des outils modernes à notre police municipale.

Certes, avec la fin de l’été, la plupart de ces « nuisances estivales » s’arrêteront. Mais, l’année prochaine, sans avoir traité le problème dans toute sa globalité, les mêmes causes produiront les mêmes effets !

Pour nous, il s’agit, dans un premier temps, de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de tous, c’est-à-dire, appliquer et faire respecter la loi, ceci pour les conséquences immédiates des « rodéos ». En particulier, la loi donne au maire plusieurs outils dont celui du « Rappel à l’ordre ». Nous ne remettons pas en cause la demande de soutien de la préfecture, mais Mme le maire de Guyancourt utilise-t-elle cette possibilité ? Notons que ce « Rappel à l’ordre » n’est pas un outil strictement répressif. Mis en œuvre dès les premières infractions ou incivilités, en particulier vis-à-vis de mineurs, il peut permettre d’échanger avec les contrevenants et leur faire prendre conscience de la portée de leurs actes.

Mais, dès la rentrée, c’est à dire de suite, il est impératif d’élargir la réflexion avec tous les acteurs concernés, habitants des quartiers les plus touchés : jeunes et parents, élus, gardiens d’immeubles, agents de sécurité, police municipale, pour diagnostiquer puis combattre les causes, en particulier le désœuvrement des jeunes, un fait qui frappe les riverains des quartiers concernés. Comment éviter ses effets dévastateurs pour tous, alors que nous côtoyons certainement ces mêmes jeunes, à d’autres moments de l’année, sans rencontrer ces problèmes ? Quelles solutions mettre en œuvre, en y pensant dès maintenant ?

Si des mesures à court terme sont nécessaires, sur le long terme, ayons la volonté d’une réflexion constructive, voire prospective. C’est la question dans son ensemble qu’il faut prendre « à bras le corps », une bonne fois pour toutes, pour ne pas retrouver une situation identique ou, empirée, en Juillet 2018.

Articles en références:

Guyancourt. Voitures incendiées dans la nuit du 13 au 14 juillet

Rodéos de mini-motos : la maire écrit au Préfet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s