Archives pour la catégorie Démocratie Locale

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 530

Assister au Conseil Municipal ?

Cela pourrait être une résolution de rentrée! Ouvert à tout citoyen, il permet d’avoir un regard sur l’action des élus et leurs décisions prises pour notre ville, donc pour chacun de nous. Pourtant l’assistance reste toujours faible.

Certes, les interventions du public lors des délibérations sont interdites, mais il est en droit de demander des explications, dès la fin de la séance.

Le Conseil a-t-il lieu trop tôt (18h30)? C’est certainement un inconvénient déjà soulevé par UpG, pour les administrés comme pour des élus.

Le prochain Conseil Municipal se tiendra le 24 septembre, exceptionnellement à 20h. A son issue, vous pourrez rencontrer les élus UpG et échanger avec eux.

Devenez acteur de la vie locale!

Un été serein? Si la mairie prend des décisions, beaucoup reste à faire ….

La période estivale va débuter. UpG formule le vœu que votre été soit rempli de calme et de détente.

Formulons aussi le vœu qu’il se passe sans les incivilités estivales dangereuses et devenues, hélas, habituelles, les années passées. Nous avons lu avec satisfaction dans le Guyancourt Magazine 526 que la municipalité avait pris un « arrêté permanent portant sur la circulation des motos de petite taille, des quads et des cyclomoteurs » afin « d’assurer la sécurité des biens et des personnes » et « de faire respecter la tranquillité publique« . La circulation de ces véhicules non homologués est donc « formellement interdite sur l’ensemble du territoire communal » (source Guyancourt Magazine 526)

Voici plusieurs années que nous réclamions cet arrêté, possible dans le cadre des pouvoirs de police du maire, comme le demandaient riverains et pétitions. Notre tribune d’août 2017 titrait « un été en pétard », allusion à ces « incivilités » et, pour les riverains concernés, allusion à un été agité qui avait vu des voitures incendiées, des caillassages, le tout relayé par des articles de presse.

Le mois suivant, dans une autre tribune, nous demandions qu’une réflexion commune et une concertation avec tous les acteurs concernés commencent dès la rentrée sur ce sujet. Si elle n’a pas encore eu lieu, le mandat n’est pas encore terminé, Alors gardons l’espoir d’y être associés.

Bel été 2018 que nous vous souhaitons calme et reposant ….

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 524

Dire et faire !

Attentifs au discours de Mme le Maire lors des vœux, voici une phrase dont nous partageons le sens. « C’est ensemble que nous pourrons avancer, dans l’intérêt général et la solidarité ».

Ensemble. Pourtant, ce n’est qu’au Conseil que nous avons appris l’achat de terres à la Minière, pour 4,2 M€ sans précision sur les projets futurs ! Nous avons écouté Mme le Maire affirmer que la Mairie veillera à ce que cette acquisition « réponde aux exigences de notre projet de ville : Développement durable et solidarité ».

Dès lors, pour que la concertation ne soit pas un vain mot, nous assurons la majorité, qu’ensemble, élus et habitants, nous souhaitons participer à la création et à l’élaboration d’aménagement de cet espace.

Ça bouge à la Minière ! Alors, pourquoi s’abstenir au conseil municipal ?

La Mairie fait l’acqusition de 10 Ha pour 4,2 M€.

Suite à notre tribune parue dans le Guyancourt Magazine N°523, nous souhaitons apporter quelques précisions (que les 800 caractères ne nous permettent pas) afin de mieux vous informer.

Au dernier conseil municipal de l’année 2017, un investissement a été rajouté à « l’ordre du jour à la dernière minute » dit Madame le Maire. Ce point du conseil nous a été présenté uniquement sur le volet financier et sans objectifs, même généraux, d’un projet d’urbanisme associé.

l’INRA est vendeur de terrains, certains constructibles, d’autres pas, à la Minière, pour la somme de 4,2 M€ , il faut se positionner très vite. Etrange, tout de même lorsque l’on sait que 2 des 3 avis des domaines, fixant le prix des terrains, datent de décembre 2012 !

Terrains Minière
Plan des acquisitions – source: délibération CM 19/12/2017

Sans remettre en cause le contrôle du foncier bâti par la municipalité, pourquoi cette précipitation? Pour quels projets?

Nos questionnements n’ont reçu que des réponses vagues « on ne sait pas encore ».

Un aménagement type « Jardin de Cocagne » serait à l’étude sur les terres agricoles; mais sur les terrains constructibles? Nous n’en saurons pas plus, sauf l’affirmation « on travaille sur ce dossier depuis plus d’un an », donc pour quel projet si la majorité travaille à cet achat depuis ce temps ? Acheter des terrains de cette valeur sans savoir dans quel but?

Cette absence de réponse est, pour le moins, …dommageable, car la somme est très conséquente sur le budget (intérêts, …).

Nous nous sommes donc abstenus pour tous ces motifs et pour l’absence de visibilité des projets sur les parts agricoles et constructibles des terrains.

Nous attendons donc la mise en place d’une concertation, en toute transparence, au travers de consultations larges des habitants.

Espérons-le, mais restons vigilants …….

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 522

2018, année connectée mais humaine

2017 est derrière nous, avec son lot de joie, de tristesse, de peur, d’optimisme, tout ce qui fait une vie, parfois de façon dramatique.

Dans un monde connecté, souvent anxiogène, nous vivons, à Saint Quentin en Yvelines sur une « terre d »innovations » où Mme le Maire, en tant que vice-présidente de l’agglomération, est en charge de « la ville innovante de demain« . Ces villes connectées sont source de progrès et de bien être : dans l’éducation, la santé, le partage et nous devons maintenant profiter des outils qu’elles nous offrent pour les mettre au service de démarches participatives innovantes. C’est donc une année pleine de découvertes que nous vous souhaitons, mais un monde dans lequel il nous faut passer du « savoir- faire » au « savoir- être ». Dans un monde d’innovations, l’humain doit rester au centre.

L’équipe UpG vous souhaite une très bonne année 2018, sereine et pleine de découvertes.

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 521

Une nouvelle gouvernance à l’agglomération SQY

Au dernier conseil communautaire du 16 novembre, Mme Letarnec, maire de Guyancourt, a été élue 12ème vice-présidente de l’agglomération, déléguée à « la ville innovante de demain« .

Les 5 communes de gauche sont maintenant au bureau communautaire, en réponse au vœu d’ouverture du nouveau Président de l’agglomération. Une charte de fonctionnement actant cette volonté de travailler ensemble doit être votée.

Sans perdre ses spécificités, ni vouloir être en accord sur tout, émettons le vœu que cette nouvelle gouvernance soit l’occasion d’un travail constructif, efficace, loin des polémiques politiciennes stériles, pour le bien des Saint Quentinois, des Guyancourtois et de l’intérêt général.

Conseils de quartiers. Pourquoi pas à Guyancourt!

Conseil Quartier

Notre tribune n°517 évoquait un sujet qui revient chaque été, celui des bals des minimotos qui exaspère les habitants, à cause du bruit, mais surtout du danger qu’elles présentent pour les jeunes adeptes des rodéos et pour les riverains.

Ceci se répétant chaque année, et s’aggravant, nous proposions, dans la tribune n° 518, outre des mesures à court terme, obligatoires mais insuffisantes, une réflexion « constructive, voire prospective….prise « dans son ensemble », « à bras le corps« …pour ne pas retrouver une situation identique ou, empirée, en Juillet 2018. Cette réflexion, disions nous, doit être menée « avec tous les acteurs concernés, habitants, …jeunes et parents, élus, agents de sécurité, police municipale, pour diagnostiquer puis combattre les causes, en particulier le désœuvrement des jeunes ».

Cette démarche que nous proposons est celle qui est à promouvoir dans une commune qui parle de concertation, de démocratie participative ; elle est une condition de réussite pour rétablir la confiance entre tous les acteurs appelés à se pencher sur cette question de la sécurité de nos quartiers… et de ses jeunes. Les conseils de quartiers en sont la suite logique.

« Concertation » et « démocratie locale » sont des mots malencontreusement galvaudés. Rappelons encore un fois que les Conseils de Quartiers sont l’outil idoine pour mettre en place une réflexion commune et créer un lien de confiance. Sur ce sujet précis qui nous occupe aujourd’hui, un conseil de quartier serait au moins l’occasion d’initier une démarche de concertation qui réunirait tous les acteurs, à tous les échelons. Une réunion obligatoire annuelle du « Contrat Local de Sécurité et de la Prévention de la Délinquance » répond à ce que demande la loi, mais certainement pas aux problèmes de bon nombre de Guyancourtois.

Il est plus que temps que les Conseils de quartiers deviennent une réalité à Guyancourt.