Archives pour la catégorie Sécurité

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 541

Fin d’été et déjà la rentrée !

Nous espérons que vos vacances furent reposantes et que votre rentrée se prépare sereinement.

A Guyancourt, comment fut cet été : calme ou agité ?

D’après notre maire à la tête « d’une ville particulière », ce fut une « période estivale compliquée », sans remise en cause de la politique municipale sur ce sujet, car les mini-motos continuent « de poser des problèmes malgré un arrêté municipal de mars 2018 » et son courrier au préfet (actu78, 10-07-19).

Rentrée signifie aussi fête des associations, un rendez-vous annuel pour bâtir ses activités sportives, ludiques, culturelles, caritatives… Un grand merci à tous les bénévoles au service de chacun. Nous souhaitons une très bonne rentrée à tous, petits et grands.

Un été serein? Si la mairie prend des décisions, beaucoup reste à faire ….

La période estivale va débuter. UpG formule le vœu que votre été soit rempli de calme et de détente.

Formulons aussi le vœu qu’il se passe sans les incivilités estivales dangereuses et devenues, hélas, habituelles, les années passées. Nous avons lu avec satisfaction dans le Guyancourt Magazine 526 que la municipalité avait pris un « arrêté permanent portant sur la circulation des motos de petite taille, des quads et des cyclomoteurs » afin « d’assurer la sécurité des biens et des personnes » et « de faire respecter la tranquillité publique« . La circulation de ces véhicules non homologués est donc « formellement interdite sur l’ensemble du territoire communal » (source Guyancourt Magazine 526)

Voici plusieurs années que nous réclamions cet arrêté, possible dans le cadre des pouvoirs de police du maire, comme le demandaient riverains et pétitions. Notre tribune d’août 2017 titrait « un été en pétard », allusion à ces « incivilités » et, pour les riverains concernés, allusion à un été agité qui avait vu des voitures incendiées, des caillassages, le tout relayé par des articles de presse.

Le mois suivant, dans une autre tribune, nous demandions qu’une réflexion commune et une concertation avec tous les acteurs concernés commencent dès la rentrée sur ce sujet. Si elle n’a pas encore eu lieu, le mandat n’est pas encore terminé, Alors gardons l’espoir d’y être associés.

Bel été 2018 que nous vous souhaitons calme et reposant ….

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 528

Un été serein ?

La période estivale va débuter. UpG formule le vœu que votre été soit rempli de calme et de détente.
Formulons aussi le vœu qu’il se passe sans les incivilités estivales dangereuses et devenues, hélas, habituelles, les années passées. Nous avons lu avec satisfaction dans le Guyancourt Magazine 526 que le maire avait pris un arrêté permanent interdisant la circulation des mini-motos, quads et cyclomoteurs non immatriculés. Voici plusieurs années que nous réclamions cet arrêté. Notre tribune d’août 2017 titrait  « un été en pétard », allusion à ces « incivilités » relayées par la presse. Le mois suivant, dans une autre tribune, nous demandions qu’une concertation commence dès la rentrée sur ce sujet.

Bel été 2018….

Conseils de quartiers. Pourquoi pas à Guyancourt!

Conseil Quartier

Notre tribune n°517 évoquait un sujet qui revient chaque été, celui des bals des minimotos qui exaspère les habitants, à cause du bruit, mais surtout du danger qu’elles présentent pour les jeunes adeptes des rodéos et pour les riverains.

Ceci se répétant chaque année, et s’aggravant, nous proposions, dans la tribune n° 518, outre des mesures à court terme, obligatoires mais insuffisantes, une réflexion « constructive, voire prospective….prise « dans son ensemble », « à bras le corps« …pour ne pas retrouver une situation identique ou, empirée, en Juillet 2018. Cette réflexion, disions nous, doit être menée « avec tous les acteurs concernés, habitants, …jeunes et parents, élus, agents de sécurité, police municipale, pour diagnostiquer puis combattre les causes, en particulier le désœuvrement des jeunes ».

Cette démarche que nous proposons est celle qui est à promouvoir dans une commune qui parle de concertation, de démocratie participative ; elle est une condition de réussite pour rétablir la confiance entre tous les acteurs appelés à se pencher sur cette question de la sécurité de nos quartiers… et de ses jeunes. Les conseils de quartiers en sont la suite logique.

« Concertation » et « démocratie locale » sont des mots malencontreusement galvaudés. Rappelons encore un fois que les Conseils de Quartiers sont l’outil idoine pour mettre en place une réflexion commune et créer un lien de confiance. Sur ce sujet précis qui nous occupe aujourd’hui, un conseil de quartier serait au moins l’occasion d’initier une démarche de concertation qui réunirait tous les acteurs, à tous les échelons. Une réunion obligatoire annuelle du « Contrat Local de Sécurité et de la Prévention de la Délinquance » répond à ce que demande la loi, mais certainement pas aux problèmes de bon nombre de Guyancourtois.

Il est plus que temps que les Conseils de quartiers deviennent une réalité à Guyancourt.

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 518

Conseils de quartiers

Rodéos et concertation faisaient l’objet de notre dernière tribune. Les conseils de quartiers en sont la suite logique.
Nous savons en effet que mini-motos et autres quads se feront à nouveau entendre dès les premiers beaux jours. Cela laisse quelques mois aux élus, aux Guyancourtois, aux associations et à la Police Municipale pour … se concerter.
« Concertation » et « démocratie locale » sont des mots malencontreusement galvaudés. Rappelons que les Conseils de Quartiers sont l’outil idoine pour mettre en place une réflexion commune et créer un lien de confiance. Gageons qu’ils permettent de mettre à niveau égal l’application de la loi ET la prévention.

Il est plus que temps d’en faire une réalité à Guyancourt.

Un été en pétard!

En ce début septembre, l’événement majeur est la rentrée des classes. Les élus du groupe Unis pour Guyancourt et l’association de soutien, souhaitent à tous, petits et grands, une très bonne rentrée, pleine de promesses et de réussites futures.


Cette rentrée arrivant, les habitants de plusieurs quartiers de Guyancourt vont peut-être souffler !

Chaque année, le « bal des mini motos » a exaspéré les habitants » : bruit, et surtout danger pour les adeptes des rodéos et pour les riverains. Chaque année, pétitions, appel aux élus, … rien n’y fait! Ces nuisances se reproduisent tous les étés et tendent à s’aggraver ; cette année, des voitures ont même été brûlées dans la nuit du 14 Juillet et des riverains ont été victimes de caillassage.

Quelles solutions trouver ? Demander l’aide de la préfecture comme l’a fait Mme le maire, avec article de presse à l’appui, pour rendre la démarche plus « ronflante ». Cela a-t-il suffi ? Pour quels effets ?

Utiliser le système de vidéo-protection ? Pour quels résultats ? Si son efficacité peut être démontrée, sans être la panacée, encore faut-il que notre commune en dispose en quantité suffisante. Guyancourt est équipée de 16 caméras alors que les villes voisines en ont 60 : il est urgent de donner des outils modernes à notre police municipale.

Certes, avec la fin de l’été, la plupart de ces « nuisances estivales » s’arrêteront. Mais, l’année prochaine, sans avoir traité le problème dans toute sa globalité, les mêmes causes produiront les mêmes effets !

Pour nous, il s’agit, dans un premier temps, de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de tous, c’est-à-dire, appliquer et faire respecter la loi, ceci pour les conséquences immédiates des « rodéos ». En particulier, la loi donne au maire plusieurs outils dont celui du « Rappel à l’ordre ». Nous ne remettons pas en cause la demande de soutien de la préfecture, mais Mme le maire de Guyancourt utilise-t-elle cette possibilité ? Notons que ce « Rappel à l’ordre » n’est pas un outil strictement répressif. Mis en œuvre dès les premières infractions ou incivilités, en particulier vis-à-vis de mineurs, il peut permettre d’échanger avec les contrevenants et leur faire prendre conscience de la portée de leurs actes.

Mais, dès la rentrée, c’est à dire de suite, il est impératif d’élargir la réflexion avec tous les acteurs concernés, habitants des quartiers les plus touchés : jeunes et parents, élus, gardiens d’immeubles, agents de sécurité, police municipale, pour diagnostiquer puis combattre les causes, en particulier le désœuvrement des jeunes, un fait qui frappe les riverains des quartiers concernés. Comment éviter ses effets dévastateurs pour tous, alors que nous côtoyons certainement ces mêmes jeunes, à d’autres moments de l’année, sans rencontrer ces problèmes ? Quelles solutions mettre en œuvre, en y pensant dès maintenant ?

Si des mesures à court terme sont nécessaires, sur le long terme, ayons la volonté d’une réflexion constructive, voire prospective. C’est la question dans son ensemble qu’il faut prendre « à bras le corps », une bonne fois pour toutes, pour ne pas retrouver une situation identique ou, empirée, en Juillet 2018.

Articles en références:

Guyancourt. Voitures incendiées dans la nuit du 13 au 14 juillet

Rodéos de mini-motos : la maire écrit au Préfet

Tribune publiée dans le Guyancourt Magazine N°517

Eté en pétard!

L’été est terminé, mais il fut agité : « Rodéos » de mini motos, voitures incendiées au 14 juillet et même des caillassages.

Réactions lues dans la presse : c’est Insupportable.., dangereux… Mme le Maire va faire appel à la préfecture… Résultats?

Quand, par dogme, la vidéo-protection se limite à 16 caméras quand nos voisins en ont 60 ! Il est urgent de donner des outils modernes à notre police municipale, car ces nuisances sont annuelles.

Faire respecter la loi, partout, pour la sécurité de tous, une priorité à Guyancourt!

L’impunité doit cesser, mais la prévention est cruciale. Stop aux mesures à court terme, ayons dès la rentrée, la volonté d’une réflexion constructive et courageuse, pour un prochain été calme.