Archives pour la catégorie Ligne 18

Nouveau quartier autour de la future gare de la Ligne18…. Proposer un nom et quoi d’autre!

La municipalité de Guyancourt souhaite associer les habitants au choix du nom du nouveau quartier proche de la gare de métro de la future ligne 18 du Grand Paris Express, qui sera bâtie sur les anciens terrains de l’entreprise Thalès. Une idée à laquelle les Guyancourtois se prêteront sans doute volontiers.

Cette initiative sonnerait-elle la fin du formalisme des réunions publiques et des dispositifs de communication verticale ?
Peut-être pas?

En annonçant à ses lecteurs un quartier « conçu dans le respect des grands équilibres avec des espaces verts et bleus, des logements, des commerces, des entreprises et des services publics (écoles, crèches…) » le Guyancourt Magazine (n°535) ne fait qu’énoncer des généralités :

  • des commerces,.. lesquels?
  • Des entreprises,… lesquelles?
  • TPE, PME… des logements: quel types?

Rien n’indique la volonté de la ville d’associer les habitants aux choix qui seront faits sur ces questions, directement liés à la qualité de vie, bien-sûr, mais aussi au mode de vie souhaité.

Ce quartier, qui sera finalement une « entrée de ville », puisque l’unique gare d’accès de la L18 à Saint-Quentin-en-Yvelines dans cette partie de l’agglomération, se doit aussi d’en être la vitrine.

En 2016, sur une décision du préfet des Yvelines (article ici), c’est finalement l’Etablissement Public d’Aménagement Paris-Saclay (EPAPS) qui a la responsabilité de son aménagement. Il était devenu source de conflits entre les collectivités territoriales (ville et agglomération).

S’il est vrai que ces terrains sont sur la commune de Guyancourt, il est évident, ne serait-ce que par la présence de la gare et sa situation (devant le golf national, aux confins de 2 villes : Guyancourt et Voisins) et enfin par sa taille : plus de 22 Ha, qu’il s’agit d’un aménagement d’intérêt intercommunal.

Mais le groupe municipal majoritaire de Guyancourt (GPT) voulait imposer sa vision de son aménagement.

En conséquence, pour avoir une certaine « neutralité », le préfet a confié à l’EPAPS la charge de cet aménagement.

Il a d’ailleurs déjà lancé des études d’aménagement (voir ici les premières ébauches).

Pour nous, si la nécessité d’une mixité des logements est importante, il est primordial qu’elle puisse se faire de façon à :

  1. répondre à la demande de logement des salariés des entreprises Guyancourtoises
  2. garantir l’équilibre de l’offre qui puisse limiter l’inflation des prix, en particulier dans le parc de logements privés
  3. garantir une mixité sociale équilibrée, en particulier dans les écoles, garant du fonctionnement de l’ascenseur social.

Dans ce contexte, les Guyancourtois, mais aussi les Vicinois apprécieraient probablement une démarche de co-construction qui inclurait les jeunes, les associations et tous les acteurs, économiques en particulier.
Elle pourrait être à l’initiative des élus locaux.
La contribution qui en résulterait serait versée aux études de l’EPAPS.

Qu’attend donc Mme le Maire pour lancer cette initiative ?

Les nouveaux quartiers doivent être pensés AVEC tous, dans le DIALOGUE et la CONCERTATION. C’est là, à notre avis, la seule façon de s’approprier le quartier, de lui donner vie et cohésion ; la seule façon de ne pas vivre dans « une ville invisible », (référence à l’ouvrage de Italo Calvino, Les villes invisibles,). Il s’agira de vivre dans ce futur quartier de notre ville, pas seulement habiter pour aller de la gare à chez soi, mais y vivre !

Cela va donc bien au-delà du fait de donner un nom !

Peut-être une occasion manquée de démocratie participative !

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 519

Ligne 18, vigilance !

Cette ligne, devrait arriver en 2030 (et les JO de 2024 ?). Elle est menacée de ne relier
qu’Orly à Orsay en « oubliant » Satory et SQY-Guyancourt.
Le coût total du budget des lignes montre des signes de dérapage depuis le début du projet: 22, 28 ou 35 Md€? Tout en ayant des gares fonctionnelles, des projets moins coûteux sont possibles.
Si SQY n’est pas desservie directement, son devenir économique et humain, et donc son
avenir, sont en jeu.
Les élus locaux se mobilisent pour rappeler à l’État ses engagements, mais il est urgent que chacun prenne conscience de l’impact, même encore lointain, de ce changement de stratégie dans le plan des transports à destination de la 2 nde zone économique de l’Ouest francilien.

 

Pour mémoire, ce que nous en disions déjà en mars et avril 2016…

Déclaration Conseil Municipal 8/4 – métro Ligne 18

Ligne 18 : avis du Groupe Unis pour Guyancourt

Déclaration faite par Jean-Loup Carriat

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux

S’agissant de l’enquête publique du projet de création du tronçon – ligne 18 verte « Aéroport d’Orly – Versailles Chantiers », UpG renouvelle son opposition en l’état de ce projet, car il ne comporte qu’une seule gare sur le territoire de la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin en Yvelines « SQY » et souhaite que soit étudié pour adoption un scénario alternatif.

En effet, une seule gare pour desservir, seulement en tangentiel, une agglomération de près de 250.000 habitants, ne correspond pas aux objectifs du Grand Paris. C’est d’autant plus étonnant que Saint Quentin en Yvelines est le second pôle économique d’Ile de France.

Avec ce choix, seules les zones d’activités du Technocentre Renault, du golf national et, bien sûr, de la nouvelle gare SQY Est (ex-Thalès) à créer, sont desservies.

En revanche, le campus X-Mines/Safran, à l’est et, à l’ouest, l’université « UVSQ », le centre commercial de SQY et les zones d’activités du Pas du Lac, des Chênes-les Saules voire, dans une certaine mesure, celle des Sangliers avec Challenger de Bouygues, Médéric, Baxter, Sodexho, ainsi que le Vélodrome national, ne seront pas desservies directement.

Or, non seulement les entreprises et centres de recherches situés sur la partie ouest du plateau ne seront pas reliés efficacement à la partie Est et encore moins aux centres de Saclay, mais aussi des quartiers nouveaux, en rénovation urbaine aujourd’hui, ou en construction à venir (La Verrière – quartier des Bécannes, Trappes – Hall Fressinet), futures zones de mixité fonctionnelle et de services. Il en est de même du quartier urbain en développement près du vélodrome national, futur centre d’affaires. Ces quartiers non reliés généreront des flux automobiles en contradiction totale avec la prise en compte de l’impact écologique demandé aujourd’hui.

Plus surprenant, la nouvelle gare SQY Est ne disposant d’aucune connexion directe avec le réseau Transilien existant, cela nécessitera des modifications, des créations de lignes de bus, occasionnant inéluctablement une rupture de charge, en d’autres termes, une discontinuité dans les transports, synonyme de perte de temps par la gestion de correspondances complexes, avec changements multiples de type de véhicule (train – bus – métro), les études et l’expérience montrant qu’un temps trop long dû à des discontinuités conduisent à l’emploi de l’automobile. L’ensemble de ces augmentations de trafic auront de nombreux impacts sur le trafic automobile et bus dans la commune de Guyancourt  avec une conséquence de pollution induite: avenue de l’Europe, la CD 91, avenue Kessel, route de Guyancourt, voire même sur l’avenue des Garennes.

Par conséquent, UpG propose que soit étudié un tracé alternatif consistant au raccordement souterrain, sous l’avenue de l’Europe, depuis la gare de SQY Est jusqu’à la gare SNCF de Montigny SQY avant de rejoindre la gare de Satory.

La fin du parcours jusqu’à Versailles Chantiers serait inchangée, par rapport aux études actuelles.

UpG pense réellement que cette alternative permettra une meilleure intégration de SQY dans l’EPAPS, mais au-delà, avec la connexion directe aux transports existants sans impact important, une meilleure intégration des zones d’activités de l’ouest de SQY, du sud (Rambouillet) et l’ouest (Houdan) des Yvelines, qui accéderont de façon rapide aux zones de développement de Saclay, Massy et l’aéroport d’Orly. Le Vélodrome national sera aussi desservi directement.

Ces interconnexions permettront aussi d’accroître la fréquentation de la ligne 18, répondant ainsi à l’une des remarques du CGI, sur le nombre de passagers de cet équipement de transport lourd. Dans la perspective, éventuelle, des jeux olympiques en 2024, tous les sites olympiques seraient quasiment desservis en accélérant le calendrier.

UpG met à disposition sur son site un projet de réponse à disposition des Saint Quentinois pour qu’ils soutiennent notre position en émettant officiellement un avis défavorable vis-à-vis de la commission. Chacun d’entre vous peut y accéder et s’en servir.

Enquète Publique – Ligne 18 – Avis UpG

escalator-698488_640Avis de l’association Unis pour Guyancourt concernant le tracé actuel (1 gare) de la ligne 18 du métro du Grand Paris Express visant à améliorer la desserte de SQY et des Yvelines, grâce à la création d’un 2ième arrêt, à la gare actuelle de SQY.


Vous pouvez copier les arguments de ce texte et les dupliquer sur le site de l’enquète publique, ici.
Seule votre mobilisation permettra d’infléchir la proposition actuelle.


Monsieur le Président de la Commission d’enquête Ligne 18,

Ayant eu connaissance de l’enquête publique du projet de création du tronçon – ligne 18 verte « Aéroport d’Orly – Versailles Chantiers », je dois vous informer de mon opposition en l’état de ce projet, car elle ne comporte qu’une seule gare sur le territoire de la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin en Yvelines « SQY ». En conséquence, je souhaite que soit étudié, pour adoption, un scénario alternatif que je vous expose dans la suite de ce courrier.

En effet, une seule gare pour desservir, seulement en tangentiel, une agglomération de presque 250 000 habitants, ne correspond pas aux objectifs économiques du Grand Paris. C’est d’autant plus étonnant que Saint Quentin en Yvelines est le second pôle économique d’Ile de France.
Avec ce choix, seules les zones d’activités du Technocentre Renault, du golf national et, bien sûr, de la nouvelle gare SQY Est (ex-Thalès) à créer, sont desservies.

En revanche, le campus X-Mines/Safran, à l’est et, à l’ouest, l’université « UVSQ », le centre commercial de SQY et les zones d’activités du Pas du Lac, des Chênes-les Saules voire, dans une certaine mesure, celle des Sangliers avec Challenger de Bouygues, Médéric, Baxter, Sodexho, ainsi que le Vélodrome national, ne seront pas desservies directement.

Or, non seulement les entreprises et centres de recherches situés sur la partie ouest du plateau ne seront pas reliés efficacement à la partie Est et encore moins aux centres de Saclay, mais aussi des quartiers nouveaux, en rénovation urbaine aujourd’hui, ou en construction à venir (La Verrière – quartier des Bécannes, Trappes – Hall Fressinet), futures zones de mixité fonctionnelle et de services. Il en est de même du quartier urbain en développement près du vélodrome national, futur centre d’affaires. Ces quartiers non reliés généreront des flux automobiles en contradiction totale avec la prise en compte de l’impact écologique demandé aujourd’hui.

Plus surprenant, la nouvelle gare SQY Est ne disposant d’aucune connexion directe avec le réseau Transilien existant, cela nécessitera des modifications, des créations de lignes de bus, occasionnant inéluctablement une rupture de charge, en d’autres termes, une discontinuité dans les transports, synonyme de perte de temps par la gestion de correspondances complexes, avec changements multiples de type de véhicule (train – bus – métro), les études et l’expérience montrant qu’un temps trop long dû à des discontinuités conduisent à l’emploi de l’automobile. L’attrait de cet investissement, de plus de 2 milliards, s’en trouve donc très largement obéré.

Enfin, le passage en tunnel sous les étangs de la Minière reste plus coûteux car construit en profondeur pour passer sous la vallée de la Bièvre occasionnant de forts dénivelés et comportant des risques écologiques associés.

Par conséquent, je propose que soit étudié un tracé alternatif consistant au raccordement souterrain, sous l’avenue de l’Europe, depuis la gare de SQY Est jusqu’à la gare SNCF de Montigny SQY. La gare de la ligne 18 Montigny pouvant être étudiée en aérien ou en souterrain suivant le scénario de poursuite sur le réseau ferré existant, en aérien, puis en tunnel pour le franchissement sous la N12, après la gare de Saint-Cyr, pour rejoindre la gare de Satory, tel que prévu dans le tracé alternatif initial. Cette gare pourrait d’ailleurs être envisagée en aérien, afin d’en optimiser les coûts de réalisation.

La fin du parcours jusqu’à Versailles Chantiers serait inchangée, par rapport aux études actuelles.

Je pense réellement que cette alternative permettra une meilleure intégration de SQY dans l’EPAPS, mais au-delà, avec la connexion directe aux transports existants sans impact important, une meilleure intégration des zones d’activités de l’ouest de SQY, du sud (Rambouillet) et l’ouest (Houdan) des Yvelines, qui accéderont de façon rapide aux zones de développement de Saclay, Massy et l’aéroport d’Orly. Le Vélodrome national sera aussi desservi directement.

Ces interconnexions permettront aussi d’accroître la fréquentation de la ligne 18, répondant ainsi à l’une des remarques du CGI, sur le nombre de passagers de cet équipement de transport lourd. Dans la perspective, éventuelle, des jeux olympiques en 2024, tous les sites olympiques seraient quasiment desservis en accélérant le calendrier.

En vous remerciant de l’attention que vous accorderez à cette proposition de scénario renforçant le développement économique de Saint-Quentin en continuité avec le plateau de Saclay, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la Commission d’enquête ligne 18, l’assurance de ma haute considération.

Fahar Toyb
Président – Unis pour Guyancourt