Archives du mot-clé Urbanisme

Ça bouge à la Minière ! Alors, pourquoi s’abstenir au conseil municipal ?

La Mairie fait l’acqusition de 10 Ha pour 4,2 M€.

Suite à notre tribune parue dans le Guyancourt Magazine N°523, nous souhaitons apporter quelques précisions (que les 800 caractères ne nous permettent pas) afin de mieux vous informer.

Au dernier conseil municipal de l’année 2017, un investissement a été rajouté à « l’ordre du jour à la dernière minute » dit Madame le Maire. Ce point du conseil nous a été présenté uniquement sur le volet financier et sans objectifs, même généraux, d’un projet d’urbanisme associé.

l’INRA est vendeur de terrains, certains constructibles, d’autres pas, à la Minière, pour la somme de 4,2 M€ , il faut se positionner très vite. Etrange, tout de même lorsque l’on sait que 2 des 3 avis des domaines, fixant le prix des terrains, datent de décembre 2012 !

Terrains Minière
Plan des acquisitions – source: délibération CM 19/12/2017

Sans remettre en cause le contrôle du foncier bâti par la municipalité, pourquoi cette précipitation? Pour quels projets?

Nos questionnements n’ont reçu que des réponses vagues « on ne sait pas encore ».

Un aménagement type « Jardin de Cocagne » serait à l’étude sur les terres agricoles; mais sur les terrains constructibles? Nous n’en saurons pas plus, sauf l’affirmation « on travaille sur ce dossier depuis plus d’un an », donc pour quel projet si la majorité travaille à cet achat depuis ce temps ? Acheter des terrains de cette valeur sans savoir dans quel but?

Cette absence de réponse est, pour le moins, …dommageable, car la somme est très conséquente sur le budget (intérêts, …).

Nous nous sommes donc abstenus pour tous ces motifs et pour l’absence de visibilité des projets sur les parts agricoles et constructibles des terrains.

Nous attendons donc la mise en place d’une concertation, en toute transparence, au travers de consultations larges des habitants.

Espérons-le, mais restons vigilants …….

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 523

Ça bouge à la Minière!

Au dernier conseil municipal de 2017, à l’ordre du jour, un investissement de dernière minute présenté uniquement en financier: 4,2 M€! L’INRA est vendeur de terrains, certains constructibles, d’autres pas, à la Minière.

Sans remettre en cause le contrôle du foncier bâti, pourquoi cette précipitation? Pour quels projets?

Réponses vagues à nos questions, un aménagement type « Jardin de Cocagne » serait à l’étude sur les terres agricoles; et les terrains constructibles? Nous n’en saurons pas plus!

Dommage car la somme est très conséquente sur le budget (intérêts,…). Nous nous sommes donc abstenus pour tous ces motifs et pour l’absence de visibilité des projets sur les parties agricoles et constructibles des terrains.

Plus d’explications ici

TRIBUNE PUBLIÉE DANS LE GUYANCOURT MAGAZINE N° 519

Ligne 18, vigilance !

Cette ligne, devrait arriver en 2030 (et les JO de 2024 ?). Elle est menacée de ne relier
qu’Orly à Orsay en « oubliant » Satory et SQY-Guyancourt.
Le coût total du budget des lignes montre des signes de dérapage depuis le début du projet: 22, 28 ou 35 Md€? Tout en ayant des gares fonctionnelles, des projets moins coûteux sont possibles.
Si SQY n’est pas desservie directement, son devenir économique et humain, et donc son
avenir, sont en jeu.
Les élus locaux se mobilisent pour rappeler à l’État ses engagements, mais il est urgent que chacun prenne conscience de l’impact, même encore lointain, de ce changement de stratégie dans le plan des transports à destination de la 2 nde zone économique de l’Ouest francilien.

 

Pour mémoire, ce que nous en disions déjà en mars et avril 2016…

Tribune publiée dans le Guyancourt Magazine N°515

Jardin partagé

L’association « Sème qui peut » gère un jardin partagé au sein du campus universitaire de Guyancourt, sur le site de l’Observatoire de Versailles Saint-Quentin. Elle invite tous les usagers de l’UVSQ et tous les habitants à les rejoindre.

Outre jardiner, c’est aussi se rencontrer de façon conviviale sur un lieu construit et cultivé collectivement, ouvert à tous et à toutes les générations qui échangent leurs expériences. Un jardin  « partagé »  implique donc d’accepter la diversité et la concertation pour tout projet entre habitants, associations, élus. C’est aussi un lieu d’apprentissage de la citoyenneté pour les plus jeunes.

Pourquoi ne pas profiter de l’aménagement du mail des Saules pour y créer ce type de jardin ?